homelie_6dimpaques_20200524 - Paroisse Saint Géry (Limelette) et Paroisse Saint Joseph (Rofessart)

Aller au contenu

homelie_6dimpaques_20200524

Homélie du dimanche 31 mai
 
Le miracle de la Pentecôte
 
« Soufflés » par l’Esprit, comme à l’école, les disciples se mettent à parler une langue que chacun entend et comprend comme sa langue maternelle. (Ac2, 8). Quelle merveille !
 
Tous sont rejoints au plus intime d’eux-mêmes par des mots familiers, qui évoquent la vie. N’est-ce pas ce que demandent beaucoup de croyants quand ils expriment ce besoin de langage accessible à tous dans les offices dominicaux ? Ils déplorent le langage compliqué utilisé dans les liturgies, un langage d’initiés dont ils n’ont pas ou n’ont plus la clé. Bref, ils réclament un parler simple, chaleureux qui traduit l’œuvre de l’Esprit. Une langue juste, qui donne du poids à Dieu, qui le rend présent en donnant à chacun sa place parmi les vivants : « La gloire de Dieu c’est l’homme vivant… » (St Irénée).
 
Le miracle de la Pentecôte vient à point nommé. Non pas que chacun se berce dans sa propre mélodie spirituelle, non pas que l’on se mette à parler la langue des Parthes, des Mèdes, … mais que tous se sentent de la maison, que personne ne soit laissé sur le seuil.
 
La Pentecôte fait naître l’Eglise pour tous. Remarquez combien les textes de ce jour insistent tellement sur les mots tous, toutes, signes d’une universalité qui est la marque de l’Esprit. Luc est d’ailleurs fier et heureux de citer toutes ces nations qu’il connait : Phrygie, Pamphylie, Egypte, Libye… Le lieu de ces disciples qui n’avaient jamais quitté leur petite province, leur lieu désormais c’est dehors. Leur paroisse c’est le monde.
 
Notre paroisse c’est le monde, en rendez-vous compte ? Mais est-ce vrai dans la réalité de tous les jours ? Nous avons tellement peur de ce monde avec tous ses périls. Alors on a tendance à se replier sur soi-même, à fermer les portes. On se réfugie dans un petit univers-refuge qu’on s’est construit, une sorte de confinement bien loin du projet de Jésus sur notre monde.
 
Les disciples eux-mêmes sont passés de la peur qui les tenait enfermés à une incroyable audace qui les pousse à s’adresser aux gens du monde entier pour leur annoncer la Bonne Nouvelle. Allons-nous, comme eux, percevoir cette œuvre de l’Esprit pour y prendre notre part ? Sommes-nous prêts à être embauchés comme ces milliers d’hommes et de femmes, des groupes, des communautés, des associations qui essaient de délier le monde de ce qui l’enchaîne ?
 
Oui, l’Esprit ne cesse d’inspirer. Dans le silence du recueillement, dans la musique de l’action aussi, nous pouvons l’entendre plus ou moins intensément. Quand le meilleur de nous-même affleure, quand nous sommes en consonance avec l’Evangile, quand le récit de l’œuvre de Dieu devient le but qui attire notre désir secret, nos affections vitales, nos émotions les plus intimes, alors nous nous apercevons avec stupéfaction que l’Esprit nous est donné. Il faut être docile à Ses inspirations, laissant triompher ce vouloir vivre malgré nos inerties. C’est une respiration vitale pour l’avenir de notre humanité. Et comme le rappelle Saint Paul, « nous avons été baptisés pour former un seul corps ».
 
Dès lors, nous avons à nous sentir natifs du même Souffle d’amour. Accueillons-le, nous serons des témoins émerveillés du rajeunissement quotidien de notre Eglise, nos familles, nos communautés de vie à condition de le laisser nous conduire là où nous ne pensions pas aller. Actuellement, la tentation légitime serait de chercher à saisir intellectuellement l’Esprit-Saint, avec le risque de l’enfermer dans nos définitions. Laissons-nous plutôt saisir par cette rencontre avec Lui. Vivons sa présence, peut-être comme une question sans cesse posée ; mais surpris par lui, dans l’histoire patiente de nos vies. Il y a fort à parier que nous entrerons peu à peu dans la réponse audacieuse. Alors, ce chant peut nous rejoindre tel un appel lumineux : « Puisque l’Esprit est votre vie, laissez-vous conduire par l’Esprit » !
 
 
Bonne fête de la Pentecôte !                                                                                                                                                                              Salvator
 
Webmaster : P VE & JP VE
© Paroisses Saint Géry et Saint Joseph
Mise à jour le : 28-06-2020
Retourner au contenu